David Villa, la maravilla

David Villa est une machine à marquer. Partout où il passe, les filets trépassent. Très adroit devant le but, « El Guaje » (le gamin) est un véritable poison pour les défenses. Extrêmement vif et mobile, il est difficile à marquer. A l’aise techniquement, habile sur coup franc et doté d’une bonne qualité de dribble, il n’hésite pas non plus à prêter main forte pour récupérer le ballon. Son incroyable volume de jeu et son adresse font actuellement merveille à Valence où son talent s’exprime depuis 2005. Formé à Gijon, puis passé par Saragosse, c’est en sélection que David Villa a définitivement pris une dimension internationale. Il fut l’un des grands artisans du succès de l’Espagne à l’Euro 2008 en terminant meilleur buteur du tournoi avec 4 réalisations.

En juin dernier, David Villa a marqué de son empreinte l’Euro 2008. Superbe vainqueur continental, l’Espagne a en effet largement pu compter sur sa « Maravilla » (merveille). Auteur d’un retentissant triplé face à la Russie (4-1) lors de l’entrée en lice de la Furia Roja dans la compétition, le sosie de Jean-Pascal (ex-Star Ac’) frappe tout de suite les esprits. Puis lors du deuxième match de poule, il offre la qualification pour les quarts de finale aux siens en inscrivant le but de la victoire face à la Suède dans les arrêts de jeu (2-1). Sorti sur blessure en demi-finale face à la Russie (3-0), il ne disputera malheureusement pas la finale de l’Euro face à l’Allemagne (1-0). Il termine cependant meilleur buteur du tournoi (4 réalisations) et laisse le soin à son compère d’attaque Fernando Torres d’expédier l’Espagne sur le toit de l’Europe.

Plus que jamais, El Guaje suscite l’intérêt chez les plus grands clubs du Vieux continent. Arsenal, Chelsea et le Real Madrid tentent d’arracher le prolifique buteur du Valence FC, mais ce dernier parvient finalement à conserver son goleador malgré une dernière saison très compliquée. Longtemps dans les profondeurs du classement de la Liga, le club valencien a dû se séparer tour à tour de Quique Sanchez Flores (en poste depuis 2005), puis du Néerlandais Ronald Koeman qui remporta tout de même la Coupe du Roi face à Getafe (3-1).

Des statistiques mirobolantes

En montrant son attachement à Valence, David Villa a pris un risque, mais un risque qui s’annonce payant pour le moment. Car le club, désormais entraîné par Unai Emery, surnommé le nouveau Rafael Benitez, est troisième de la Liga après dix journées, à deux unités du Barça. Un excellent début de saison auquel a amplement contribué David Villa, déjà auteur de 10 réalisations, soit un but par match ! Rien de bien étonnant pour le gamin aux pieds d’or, car depuis qu’il joue au foot, ses statistiques sont impressionnantes.

Très tôt, David Villa s’est en effet révélé comme un tueur des surfaces. Pour sa première saison pleine au Sporting Gijon, il inscrit 13 buts avec l’équipe B, il a 20 ans. Au cours des deux années suivantes, il marque la bagatelle de 38 buts en deuxième division avant de rejoindre l’élite en s’engageant avec le Real Saragosse. Là-bas, il confirme au plus au niveau espagnol en faisant trembler les filets à 32 reprises en deux saisons. Puis à l’été 2005, c’est le début de l’aventure valencienne. En trois saisons, La Maravilla n’a cessé de régaler le public de Mestalla, inscrivant pas moins de 59 buts en 101 matches de Championnat, soit une moyenne supérieure à 0,58 but par match. Les chiffres parlent d’eux-mêmes et la saison 2008/2009 débute sous les meilleurs auspices. Décidément, David Villa adore affolé les compteurs.

Nom complet: David Villa Sanchez
Naissance: 3 décembre 1981, à Langreo (Espagne)
Mensurations: 1,75 m, 69 kg
Poste: Attaquant
Clubs: Valence (2005- ?)
Real Saragosse (2003-2005)
Sporting Gijon (2001-2003), division 2
Palmarès:
Champion d’Europe en 2008 (ESPAGNE) et meilleur buteur du tournoi avec 4 réalisations
Coupe du Roi en 2004 (Real Saragosse) et 2008 (Valence)
Super Coupe d’Espagne en 2004 (Real Saragosse)